Secondcap facilite la vente de parts de fonds de private equity

06.12.2011
Published in LA TRIBUNE

Opérationnelle depuis juin, cette plate-forme électronique met en relation vendeurs et acquéreurs.

LE POINT COMMUN entre une voiture et une participation dans un fonds de capital-investissement? Toutes deux peuvent se vendre d’occasion, les investisseurs dans des fonds de private equity ayant de temps à autre besoin de faire tourner leur portefeuille. Mais s’il est assez simple de trouver des acquéreurs pour une voiture de deuxième main, il en va tout autrement sur le marché secondaire des parts de fonds d’investissement. << Le potentiel de ce marché était de 60 milliards de dollars en 2010, mais un tiers seulement a fait l’objet de transactions >>, souligne François Gamblin, président de la plate-forme électronique Secondcap.

Acquéreurs en puissance

C’est pour régler ce problème d’identification des acquéreurs potentiels que François Gamblin a créé Secondcap, en 2010. Basée à Londres, cette plate-forme électronique propose de mettre en relation vendeurs et acheteurs de parts dans des fonds de private equity. Quelque 200 acquéreurs en puissance sont aujourd’hui membres (gratuitement) de Secondcap.

Cette dernière leur a demandé une liste des actifs qu’ils souhaitent acquérir. Ce qui permet à Secondcap de proposer aux vendeurs de parts dans des fonds de private equity les plus pertinents. L’intégralité du processus de cession – de la dataroom à la signature – s’effectue sur Secondcap, qui met à disposition électroniques sécurisés. << Un processus classique de cession dure entre deux et trois mois, une grande partie du temps étant consacrée à l’identification des acquéreurs. Grâce à notre plate-forme, nous réduisons cette durée de 40% >>, se félicite François Gamblin.

En contrepartie, Secondcap facture aux vendeurs une commission représentant 0,55% du montant de la transaction. << Un broker classique demande une commission de 1,5% >>, insiste François Gamblin, capable de proposer ce tarif avantageux grâce aux faibles coûts de fonctionnement de Secondcap. Opérationnelle depuis juin 2011, cette dernière a déjà recensé six transactions, au cours de ses trois premiers mois d’existence.

CHRISTINE LEJOUX